Je livre ici mon expérience de propriétaire d'un 2ème taxi anglais Carbodies FX4 Fairway...

C'est une vieille "carcasse intacte" dans laquelle je circule avec mesure, et qu'on surnomme le cab. Un cab qui fait l'objet de regards soutenus à chaque sortie. Personnellement, j'ai restauré l'intérieur du mien tout seul...   

 Certes, on ne peut pas tout savoir sur le taxi anglais. Déjà, il y aurait beaucoup à dire sur la façon dont sont "introduits" ces "cabs" en France. Les fans s'interrogeant peu et restant tolérants sur le sujet. Il faut dire que cette auto est particulière et décrite partout comme    ayant beaucoup de charme. Et c'est vrai qu'elle attire d'incroyables sourires et de sympathie. De ce fait, les vendeurs en profitent un peu... 

 Les forums consacrés aux taxis anglais démontrent à quel point ce véhicule "perturbe". Et comme la  passion rend aveugle, "on" élude le reste. Pourtant je peux dire, sans vouloir offenser personne, qu'un cab anglais aussi "increvable" soit-il révèle son incapacité à se rendre en tous points conforme à la sécurité routière ! qu'on le veuille ou non, et ce, à cause de son haut kilométrage. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il faut s'en détacher, bien au contraire. Un cab bien négocié et surtout bien soigné, c'est top !  

 La première des conformités est celle délivrée par l'unique représentant en France, j'ai nommé la société "Octobus". A partir de l'instant où vous avez obligatoirement réglé une note salée, qu'on peut qualifier de prohibitive (lire les forums) cette conformité vous est délivrée. Or, il n'y a rien de vérifié mécaniquement puisqu'il s'agit seulement d'approuver les papiers originaux ! 

 S'ensuit la 2ème conformité. Française cette fois et payante aussi mais aux agents de la Drire spécialisés dans la délivrance de cette conformité. Eux, en revanche, vérifient par leur yeux (mais succinctement) les éléments principaux allant jusqu'à faire preuve d'un peu de zèle pour des futilités avant de vous autoriser à vous faire immatriculer "in France" via la préfecture... 

 En fin de compte le prix des 2 conformités varie selon les modèles de 350€ à 1550€! (850€ en 2006 pour mon modèle de 1993) sans compter tout le temps passé à attendre formalités et papiers.  

Mais, mis à part le coût total, le problème reste d'ordre kilométrique. Sauf exception, il est impossible de trouver un cab à moins d'environ 531000kms ! (330000 miles) équipé souvent du moteur Austin 2,2l., 2.5l., ou 2,7l diesel Nissan. Le secret de ces moteurs, c'est qu'ils restent en température toute une journée. Solides à la base, et entretenus un minimum, c'est une utilisation "obligatoirement cool"    qui compte dans leur longévité. Les moteurs ne s'usent pas, ce sont les conducteurs qui les usent ! Chacun peut comprendre qu'un moteur qui affiche à peine 100 ch pour 2.7l. de cylindrée devient réellement inusable. Une fiabilité obtenue au détriment de la puissance. Oui mais la structure de la caisse, les trains de roulement,  les éléments électriques, "ça c'est une autre histoire" ! ça s'use bien et ça bouge beaucoup !..

 Sans être un expert, ce que je retiens de l'acquisition d'un taxi anglais, c'est que je reste étonné sur la position du cab en France. Obtenu à moins de 1000€ en Angleterre (pour qui accepte de faire le voyage) un français "futé" n'a pas de mal à le ramener en France, soit pour le garder, soit pour le vendre en l'état directement à un particulier. Il le choisit le plus "propre" possible. Puis il trouve surtout des    "intermédiaires" qui sont preneurs à 2500€, lesquels les revendent eux-mêmes à partir de 3500€, pouvant atteindre les 7000€ ! Et, bien entendu, cédés le plus souvent sans la moindre réparation, ou si peu, et peut-être sans scrupules, il faut bien l'admettre !.. 

 Bref, il faut "malheureusement" déjà avoir roulé "un peu" avec un cab pour se rendre compte de tout. Notamment que c'est d'abord une véritable passoire sous la pluie (même pour les modèles les plus récents !) et que les bruits de toutes sortes se  manifestent "naturellement" du fait du kilométrage élevé... 

Vient ensuite l'heure du bilan des "petites" réparations qui, lorsqu'elles s'accumulent inévitablement,  alourdissent sérieusement la facture, sans oublier une prise de tête lorsqu'il faut commander une pièce en Angleterre car introuvable en France... comme le maître cylindre et, paradoxalement, on continue de l'aimer.

Enfin, dix pages de ce blog ne suffiraient pas à renseigner les utilisateurs et futurs utilisateurs sur le mode d'emploi et l'entretien de cette voiture à la fois "charmeuse", peu banale en France, fatiguée sans en avoir l'air et increvable paraît-il. J'ai d'ailleurs le sentiment que j'aurais peine à m'en séparer malgré tout, tôt ou tard...

Cab JCM 2010

Jean-Charles Meunier.